LA BOUTEILLE

PLANCHE I. La bouteille entre pour la première fois dans la famille. Le père invite la mère à en boire un verre.

PLANCHE II. Les habitudes d”ivrognerie du père l’ont fait chasser de tout emploi. Il met les vêtements de la famille en gage, et une partie du prêt sert à remplir la bouteille.

PLANCHE III. Les dettes se sont accumulées. Les marchands ont perdu patience : on saisit les meubles. Le père demande l’oubli de ses chagrins à la bouteille.

PLANCHE IV.Incapable de tout travail, repoussé partout, le père n’est plus d’aucun secours pour la famille. Sa femme et ses enfants sont réduits à la mendicité, et c’est avec les aumônes qu’il remplit la bouteille.

PLANCHE V. Le froid, la misère, la faim, font mourir le plus petit enfant. Le père cherche des consolations dans la bouteille ; il est ivre et triste. La mère, assise, se couvre le visage et pleure. La jeune fille pleure aussi près du petit cercueil. Son frère en haillons, près de la cheminée, parait souffrir de la faim.

PLANCHE VI. Ivre, furieux, le père brise les meubles et frappe la mère. Les enfants s’attachent à lui et le supplient pour arrêter ses coups. Une voisine, attirée par les cris, regarde avec effroi l’horrible scène.

PLANCHE VII. Un jour, le misérable a frappé sa femme avec la bouteille et l’a tuée. On l’arrête.

PLANCHE VIII. La bouteille a consommé son œuvre. Elle a tué le petit enfant et la mère; le père est devenu fou : le voilà pour toujours enfermé dans une maison d’aliénés. Les deux autres enfants sont tombés dans la misère et le vice.

[The Bottle, In eight plates, Price one shilling, by George Cruikshank. 1847.]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.