Archives par étiquette : Femme

PHYSIOLOGIE DU BAS BLEU (1/10)

CHAPITRE PREMIER
Du Bas-Bleu en général

Molière les appelait des femmes savantes ; nous les avons nommées Bas-Bleus. Pourquoi ? Je n’en sais rien et je ne m’en occupe guère.
Mais j’aime ce nom, qui ne signifie absolument rien, par cela seul qu’il dénonce cette espèce féminine par un mot du genre masculin. Tant que la femme reste blanchisseuse, actrice, couturière, danseuse, cantatrice, reine, on peut écrire grammaticalement parlant : elle est jolie, elle est fine, elle est adroite, elle est bien tournée, elle a une grâce ravissante, elle est d’une beauté parfaite. Mais, du moment qu’une femme est Bas-Bleu, il faut absolument dire d’elle : il est malpropre, il est prétentieux, il est malfaisant, il est une peste. Cependant le Bas-Bleu est femme ; il l’est même plus qu’une autre ; et comme il joint à cela un esprit professoral, il est d’ordinaire très empressé d’en donner les preuves à qui les lui demande – les preuves de la féminité. Quelques philosophes prétendent qu’on peut aussi considérer cette démonstration comme une preuve d’esprit. À ce compte, il n’y aurait plus de femmes bêtes. Revenons aux Bas-Bleus.
Il y a des Bas-Bleus de tous les âges, de tous les rangs, de toutes les fortunes, de toutes les couleurs, de toutes les opinions ; cependant ils se produisent d’ordinaire sous deux aspects invariables, quoique très opposés. Ou le Bas-Bleu a la désinvolture inélégante, prétentieuse, froissée, mal blanchie, des Dugazons de province ; ou il est rigidement tiré, pincé et repassé comme une quaqueresse. Quant à ce milieu parfait qui est l’élégance, le Bas-Bleu n’y a jamais pu atteindre. Quand les femmes Bas-Bleus sont belles, le dramatique de leur costume les trahit : elles ont des chevelures pleines de tragédie et de pensées mélancoliques ; lorsqu’elles ont été belles, l’audace des échancrures du corsage les décelle, et le turban couronne ces sultanes d’un public idolâtre ; quand elles sont vieilles, elles caparaçonnent leurs bonnets comme des chevaux de porteur d’eau à la mi-carême ; elles nagent dans des flots de ruban. À aucun âge le Bas-Bleu n’a su choisir un chapeau ; il n’a su le mettre, quand, par hasard, on le lui avait choisi : c’est toujours par la tête que le ridicule perce.
Indépendamment de ces signes extérieurs, le Bas-Bleu a des habitudes qui le font aisément reconnaître, soit chez lui, soit au-dehors. La chambre du Bas-Bleu est d’ordinaire assombrie par une foule de rideaux ; que ce soit un magnifique d’Aubusson ou un jaspé du dernier ordre, il y a toujours un tapis dans la chambre du Bas-Bleu ; des portraits et des médaillons pendent à son mur ; il place sur son bureau le buste de quelque grand homme dont il fait son Apollon. Une foule de livres disséminés errent sur les chaises, sur la cheminée, sur les étagères ; mais aucun n’a le moindre rapport avec l’ordre d’idées auquel s’adonne le Bas-Bleu : tel qui écrit sur les étoffes de madame Gagelin, les chapeaux de mademoiselle Alexandrine, oublie à son chevet un Milton ou un Chateaubriand. L’un des meubles les plus précieux du Bas-Bleu est son cachet. Le cachet, c’est la pointe du couplet de vaudeville, c’est l’épigraphe qui révèle toute la pensée mystérieuse d’une lettre, c’est souvent tout l’esprit du Bas-Bleu gravé d’avance sur argent doré. En voici quelques exemples. Un œil de chat avec ces mots alentour : Je vois dans l’ombre ; un enfant tenant une branche de laurier, s’écriant : Je grandirai ; une colombe seule roucoulant : J’attends qu’il vienne.
Un Bas-Bleu qui possédait autant de devises que M. Lablache possède de tabatières, ayant permis à un jeune Normand de rechercher sa main et son cœur, lui avait écrit un tendre aveu cacheté de l’allégorie suivante : une plume dans une main qui écrit ; ce petit tableau était accompagné de ces trois mots : légère, mais prise. Le jeune Normand ne voulut pas demeurer en reste avec le jeune Bas-Bleu, et sa lettre était cachetée d’un énorme pavé avec cette légende : une demoiselle l’a fixé.
Hors de chez lui, le Bas-Bleu a aussi des habitudes qui le désignent aisément à tout œil exercé. Lorsqu’il marche dans la rue, ou bien il va les yeux baissés, et d’un pas lent et mélancolique, et alors il médite ou compose ; ou bien il va la tête haute, l’œil haletant et agité, la lèvre entr’ouverte, et alors il s’impressionne, il s’inspire, il prépare : dans ces occasions, le regard est quelquefois doux et incertain, d’autres fois fixe et ardent : c’est selon que l’élégie préoccupe sa tête rêveuse, ou que l’ode fait bouillonner la lave de son génie. Le Bas-Bleu a ses jours de colombe et ses jours d’aigle.
Le Bas-Bleu fait rarement ce qu’on appelle des visites, si ce n’est lorsque, jeune encore (je parle de la jeunesse du Bas-Bleu comme Bas-Bleu, et, en ce cas, elle peut commencer indifféremment à vingt ans ou à cinquante), lorsque jeune encore, dis-je, il sollicite le placement d’un manuscrit qui est, selon les circonstances, sa première espérance ou sa dernière ressource.
Nous n’aborderons pas ici les allures du Bas-Bleu dans le monde, parce que, comme celles de certains animaux, elles diffèrent essentiellement selon les régions où il vit. Je vais les parcourir en détail, depuis le sommet le plus aristocratique jusqu’au plus bas échelon.

[Physiologie du Bas-Bleu, par Frédéric Soulié, vignettes de Jules Vernier, 1841.]